Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 14:43

Le 1er Janvier 1994, on l'a peut être oublié, mais les Pays de l'UE qui souhaitait créer l'Euro (l'Ecu à l'époque) avaient imposé des critères de convergence de politique économique et de performances nationales :

 

LUTTE CONTRE LES DEFICIT PUBLICS, obligation de rester inférieur au seuil maximum de 3% du PIB, la France est aujourd'hui à 7,1% en 2011 à 148 milliards. 

 

LUTTE CONTRE LE POIDS DE LA DETTE, obligation de rester sous la barre de 60% du PIB, La France aujourd'hui est à 86% pour une dette qui pèse 1500 milliards.

 

UN TAUX D'INFLATION ne dépassant pas de plus de 1,5% le taux moyen des trois Etats les moins inflationnistes et un taux d'intérêt à long terme n'excédent pas de plus de 2% le taux moyen de ces trois mêmes Etats. 

 

Un constat, l'Europe s'est elle donnée les moyens de maîtriser le respect de ces critères? Depuis 1997, combien de fois la France a-t-elle respectée ces critères de convergence?

 

deficit-public %-depuis-1995

 

Il est à noter qu'entre 1995 et 2001, La France a fait de gros effort pour tenir ses engagements. Le dégonflement de la bulle financière sur les nouvelles technologies a très largement entamer les efforts. La période 2004-2007 connaît une phase de mieux sans pour autant que le respect du critère européen soit mis en oeuvre. Depuis 2007, les comptes sont dans un rouge jamais atteint jusqu'alors atteignant un pic à 7,9% en 2009, véritable année de récession.

dette_public_---depuis-1995.gif

En ce qui concerne la dette on peut voir sur le graphique que jusqu'à 2001, la France entrait dans les clous. Puis c'est l'histoire d'un longue montée vers les abysses financiers.

 

On peut constater qu'en terme de dette, les courbes Allemandes et Françaises sont jumelles, la preuve en image. Par contre, la situation de la dette Irlandaise explose à partie de 2008, et ce, de manière bien plus rapide que la Grèce. La situation de l'Italie et de la Grèce d'atteindre un jour le seuil des 60% n'a tout simplement pas de sens. Si on peut voir que la situation de l'Irlande tendait à l'exemplarité, la crise de 2008 est tout simplement effroyable.

dette-publique_europe.gif

 

On peut aussi noter les performances des pays comme la Suède jusqu'à 2010, exemplaire dans sa gestion de la dette. On peut aussi noter les efforts de la Belgique, des Pays Bas et Royaumen-Uni qui pâtissent de l'année 2007.

 

dette-publique_europe2.gif

 

Finalement, on remarque que seuls parmi les pays riches de l'Europe, le Luxembourg, la république Tchèque, les Pays Bas, la Suède ont respecté les engagements européens. 

 

Dans ce cas, le peuple européen est en droit de demander des comptes aux Etats, notamment en ce qui concerne la confiance qu'il peut garder dans le voeu politique d'une Europe, dont les Etats ne sont absolument pas sincères. Comment dans ces conditions, Angela Merket et Nicolas Sarkozy peuvent-ils espérer convaincre les marchés que les mesures prises au sommet du 29 Juillet pourraient fonctionner?

Le peuple français est aussi légitimement en droit de s'interroger sur la gestion de ces comptes publics depuis 2001? Comment en 9 ans, n'a-t-il jamais été possible de redresser la barre?

La notion de règle d'or entrée dans la Constitution aurait quel impact dans le respect de ces critères? Comment réagirait le Conseil Constitutionnel? ou la Cour Constitutionnelle allemande? Les lois de finances nationales se verraient-elles censurées? Il est fortement déplorable de constater la situation de nos pays. Le sentiment d'une volonté politique de ne pas respecter les critères européens est flagrante. Si l'on veut créer une Europe forte, il faudrait réfléchir à créer une indépendance des économies nationales face à 'exposition des deniers sur les marchés. Car la bananisation des Etats est installée et le pouvoir des lobbies financiers ne permet plus d'organiser une protection sociale convenable. 

La question de la nationalisation de certaines banques pourrait être évoquée pour protéger les citoyens de ces abus. Les accords de bâle ne suffisent pas à contrôler la ferveur des marchés à s'enrichir de la crise. Les spéculations sur les dettes souveraines projettent trop de personnes dans la précarité et l'exposition de la dette limite considérablement les marges de manoeuvre des Gouvernants, dont la mission est de préserver l'intérêt général, rappelons le, car ils sont trop nombreux à l'oublier en ce moment. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Bonne - dans Union Européenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher