Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 20:03

En 2009, les prélèvements obligatoires ont atteint 41,6 % du PIB, en baisse de 1,3 point de PIB par rapport à 2008. Les PO représentaient 41% du PIB en 1981 et 35% en 1965. Ils sont donc relativement stables en dépits de nos Trente piteuses.

Les prélèvements obligatoires sont l’ensemble des impôts et cotisations sociales prélevés par les administrations publiques et les institutions européennes, déduction faite des impôts et cotisations dus non recouvrés. Ils sont calculés à partir des données de la comptabilité nationale.  

En 2009, les prélèvements obligatoires se sont élevés à 793,0 milliards d’euros, soit 41,6 % du PIB

Quatre catégories d’administrations publiques bénéficient des prélèvements obligatoires en 2009 :

• les administrations de sécurité sociale (ASSO) en ont reçu près de 55 % ;

• l’État et les organismes divers d’administration centrale (ODAC) un peu plus de  30 % ;

•  les administrations publiques locales (APUL) près de 15 % ;

•  l’Union Européenne (UE) moins de 1 %.

 

Tableau de répartition des PO

PO_2009-copie-1.gif

Les impôts directs et indirects représentent 60,4 % du total des prélèvements obligatoires en 2009.

 

ETAT : 96,5% financé par l'impôt (direct ou indirect)
Les ressources de l’État sont presque uniquement fiscales (68% d'impôts indirects et 28% d'impôts directs) et par conséquent liées à la conjoncture (doit-on rappeler qu'elle n'est pas terrible?)
. Les cotisations rapportent à l'Etat 3,5% du budget. 

ODAC, ce sont les administrations centrales (organismes divers d'administration centrale). 100% impôts (72,2% impôts directs)

ASSO, Administrations de sécurité sociale : financées par cotisations à hauteur de 70%, CSG 30%.
À l’inverse, les organismes de sécurité sociale sont financés en bonne partie par des cotisations sociales (70,7%) ; les impôts, dont la contribution sociale généralisée (CSG), représentent environ 30 % de leur financement en 2009. Les administrations publiques locales tirent une part importante de leur financement des impôts directs locaux (taxe d’habitation, taxe foncière et taxe professionnelle remplacée à compter de l'exercice suivant par une contribution).

 

APUL, les collectivités en fait : 100% impôts.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Bonne - dans Finances Publiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher