Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 12:44

 

Sophia Antipolis est une technopole située dans une pinède de 2400 hectares sur les communes d'Antibes, Biot, Vallauris, Nice et Cannes dans le département des Alpes-Maritimes dans le sud de la France, elle a été imaginée par le Sénateur Pierre Laffitte à l'origine de la Fondation Sophia Antipolis et également créateur de l'Association mondiale des Parcs Scientifiques (IASP International Association of Science Park).

La Technopole est à la fois un pôle technologique et une cité dotée de fonctions de polarisation régionale, associant donc en un même lieu et dans un même temps puissance d'innovation et capacités de développement régional. la technopole semble alors constituer un processus complexe de territorialisation-relocalisation selon les stratégies des firmes dominantes, tout en faisant preuve d'une volonté d'ancrage et d'intégration avec les collectivités locales en partenariat avec les universités, même si l'activité essentielle réside dans la production industrielle de Haute technologie et de services aux entreprises. Elles sont source de développement : habitat et équipement. Les exemples existent : Sophia antipolis, Rennes Atalante, Technopole de Ville-neuve d'Asq à Lille. à noter que beaucoup ont péréclité : Nantes, Angers, Tours. 

 

Vous pouvez lire cet article sur la volonté de créer une technopole à Angers, très intéressant et bon, Angers, c'est tout près de chez nous et donc ça vaut le coup de le savoir.

 

Sophia Antipolis regroupe plus de 1400 entreprises du monde entier et fournit près de 30 000 emplois directs en recherche scientifique de pointe dans le domaine technologique de l'information et de la communication (TIC), des multimédias, sciences de la vie (médecine et biochimie), l'énergie, la gestion de l'eau, les risques de développement durable. On y trouve près de 4500 étudiants et chercheurs. 

C'est une réplique de la silicon Valley, mais à l'échelle de la France.

 

 

D'après l'importance et le type d'activité, on peut classer les nouvelles réalisations industrielles en plusieurs catégories : les centres d'innovation en extension des campus universitaire, qui fournissent des petites unités de recherche pour les entreprises (université de Compiègne), les parcs scientifiques (aménagés à l'initiative des universités à proximité des campus et en lien avec les départements des entreprises "recherche et développement" ou encore associés aux laboratoires et autres ateliers. On peut citer aussi les parc d'affaires commerciaux dont la caractéritique réside dans l'exigence d'un environnement dit de haute qualité avec un faible densité (image prestige) avec une fonction triple : manufactures, commerces et services au professionnels, très développés dans la région parisienne. Plus axéee sur la haute technologie on trouvera les ZIS, ou zones industrielles supérieures dont le design réside dans la vitrine de la technologie. Et enfin, les Parcs scientifiques verts, développée par Cicom à Sophia Antipolis : le parc ne consomme plus d'énergie, il est autosuffisant. Cette génération de Green park s'implante désormais à Izmir en Turquie, à Abu Dahbi avec le projet masdar city. Toutes les technologies vertes sont présentes : énergie solaire photovoltaïque et thermique, éoliennes, puits géothermiques, recyclage de l'eau et des déchets, transports électriques, eco-construction.



APARTé : 
On voit que ces procédés s'inscrivent dans une politique de développement de bassin d'emplois, d'innovation chère à l'économiste Schumpeter, de gestion des infrastructures urbaines ou sociales telles que les écoles, les gardes d'enfants, les structures sportives, culturelles, les espaces verts. Les actions des collectivités en partenariat avec le secteur privé permettent le développement de l'aménagement du Territoire, du développement économique et endogène (ressources non reproductibles et non interchangeables qui fondent en outre l'identité d'un Territoire. 

On voit ici l'intérêt de s'interroger sur les mécanismes de gestion et d'organisations des espaces sociaux dédiés. L'exemple en cours sur la volonté des élus de faire plaisir aux artisans en développant des ZA à petites échelles ont été dénoncés comme des moyens de l'étalement urbain, catastrophique en terme écologique. Nantes métropole (cf lien) a reçu une consécration euroépenne en terme d'étude d'impact des conséquences de l'étalement et de l'éco-construction. Le rôle du législateur en la matière, d'inciter les collectivités et entreprise doit être prépondérant. Cette facette de la société doit être prise en compte avec le développement de l'individualisme et de ces risques, notamment en terme de gestion des biens communs et en terme de comportement. La collectivité doit donc s'inscrire dans une optique de respect du patrimoine (exemple de l'arbre centenaire et de l'opposition des associations) et, en tant que garante de l'intérêt général, doit désormais s'inscrire dans une politique de développement durable et de solidarité Territoriale pour favoriser un développement économique respectueux des ressources.

 

Ces phénomènes de métropolisation sont à mettre en exergue avec celui de la littoralisation dont les enjeux se cristalisent par des concentration croissante de population sur les côtes, ce qui est à la fois un avantage en terme de confort : bassin d'emploi, hygiène de vie, gestion du stress, et un inconvénient : la forte concentration de population entraîne dans certains pays des problèmes liés à l'approvisionnement en eau et à la pollution, voire des problèmes de chômage, donc de pauvreté si le phénomène est trop important, sans compter un accroissement des risques comme en témoigne le tsunami de décembre 2004 dans l'océan Indien ou celui survenu dans la région de Sendaï au Japon en mars 2011. Enfin la littoralisation met en évidence le rôle croissant en terme économique des océans.

 

 

Sophia Antipolis est une technopole située dans une pinède de 2400 hectares sur les communes d'Antibes, Biot, Vallauris, Nice et Cannes dans le département des Alpes-Maritimes dans le sud de la France, elle a été imaginée par le Sénateur Pierre Laffitte à l'origine de la Fondation Sophia Antipolis et également créateur de l'Association mondiale des Parcs Scientifiques (IASP International Association of Science Park).

La Technopole est à la fois un pôle technologique et une cité dotée de fonctions de polarisation régionale, associant donc en un même lieu et dans un même temps puissance d'innovation et capacités de développement régional. la technopole semble alors constituer un processus complexe de territorialisation-relocalisation selon les stratégies des firmes dominantes, tout en faisant preuve d'une volonté d'ancrage et d'intégration avec les collectivités locales en partenariat avec les universités, même si l'activité essentielle réside dans la production industrielle de Haute technologie et de services aux entreprises. Elles sont source de développement : habitat et équipement. Les exemples existent : Sophia antipolis, Rennes Atalante, Technopole de Ville-neuve d'Asq à Lille. à noter que beaucoup ont péréclité : Nantes, Angers, Tours. 

 

Vous pouvez lire cet article sur la volonté de créer une technopole à Angers, très intéressant et bon, Angers, c'est tout près de chez nous et donc ça vaut le coup de le savoir.

 

Sophia Antipolis regroupe plus de 1400 entreprises du monde entier et fournit près de 30 000 emplois directs en recherche scientifique de pointe dans le domaine technologique de l'information et de la communication (TIC), des multimédias, sciences de la vie (médecine et biochimie), l'énergie, la gestion de l'eau, les risques de développement durable. On y trouve près de 4500 étudiants et chercheurs. 

C'est une réplique de la silicon Valley, mais à l'échelle de la France.

 

 

D'après l'importance et le type d'activité, on peut classer les nouvelles réalisations industrielles en plusieurs catégories : les centres d'innovation en extension des campus universitaire, qui fournissent des petites unités de recherche pour les entreprises (université de Compiègne), les parcs scientifiques (aménagés à l'initiative des universités à proximité des campus et en lien avec les départements des entreprises "recherche et développement" ou encore associés aux laboratoires et autres ateliers. On peut citer aussi les parc d'affaires commerciaux dont la caractéritique réside dans l'exigence d'un environnement dit de haute qualité avec un faible densité (image prestige) avec une fonction triple : manufactures, commerces et services au professionnels, très développés dans la région parisienne. Plus axéee sur la haute technologie on trouvera les ZIS, ou zones industrielles supérieures dont le design réside dans la vitrine de la technologie. Et enfin, les Parcs scientifiques verts, développée par Cicom à Sophia Antipolis : le parc ne consomme plus d'énergie, il est autosuffisant. Cette génération de Green park s'implante désormais à Izmir en Turquie, à Abu Dahbi avec le projet masdar city. Toutes les technologies vertes sont présentes : énergie solaire photovoltaïque et thermique, éoliennes, puits géothermiques, recyclage de l'eau et des déchets, transports électriques, eco-construction.



APARTé : 
On voit que ces procédés s'inscrivent dans une politique de développement de bassin d'emplois, d'innovation chère à l'économiste Schumpeter, de gestion des infrastructures urbaines ou sociales telles que les écoles, les gardes d'enfants, les structures sportives, culturelles, les espaces verts. Les actions des collectivités en partenariat avec le secteur privé permettent le développement de l'aménagement du Territoire, du développement économique et endogène (ressources non reproductibles et non interchangeables qui fondent en outre l'identité d'un Territoire. 

On voit ici l'intérêt de s'interroger sur les mécanismes de gestion et d'organisations des espaces sociaux dédiés. L'exemple en cours sur la volonté des élus de faire plaisir aux artisans en développant des ZA à petites échelles ont été dénoncés comme des moyens de l'étalement urbain, catastrophique en terme écologique. Nantes métropole (cf lien) a reçu une consécration euroépenne en terme d'étude d'impact des conséquences de l'étalement et de l'éco-construction. Le rôle du législateur en la matière, d'inciter les collectivités et entreprise doit être prépondérant. Cette facette de la société doit être prise en compte avec le développement de l'individualisme et de ces risques, notamment en terme de gestion des biens communs et en terme de comportement. La collectivité doit donc s'inscrire dans une optique de respect du patrimoine (exemple de l'arbre centenaire et de l'opposition des associations) et, en tant que garante de l'intérêt général, doit désormais s'inscrire dans une politique de développement durable et de solidarité Territoriale pour favoriser un développement économique respectueux des ressources.

 

Ces phénomènes de métropolisation sont à mettre en exergue avec celui de la littoralisation dont les enjeux se cristalisent par des concentration croissante de population sur les côtes, ce qui est à la fois un avantage en terme de confort : bassin d'emploi, hygiène de vie, gestion du stress, et un inconvénient : la forte concentration de population entraîne dans certains pays des problèmes liés à l'approvisionnement en eau et à la pollution, voire des problèmes de chômage, donc de pauvreté si le phénomène est trop important, sans compter un accroissement des risques comme en témoigne le tsunami de décembre 2004 dans l'océan Indien ou celui survenu dans la région de Sendaï au Japon en mars 2011. Enfin la littoralisation met en évidence le rôle croissant en terme économique des océans.

 

Cees réflexions posent la question de la citoyenneté et de la responsabilité du citoyen à participer aux enjeux des développements urbains mais aussi du développement de l'individualisme. Comment les collectivités seront-elles en mesure de relever les défis de l'avenir, en utilisant l'individualisme vers un réel respect de l'environnement tout en permettant une forte compétitivité au plan international? La réponse est dans la participation de tous, d'une manière militante ou alors malgré soi. 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher