Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 09:05

C’est une réalité désormais, le Portugal après l’Irlande et la Grèce, va être placé sous assistance financière. Le Gouvernement socialiste démissionnaire a négocié un accord avec les responsables européens et le FMI qui doit être présenté à Lisbonne le 5 mai. En contrepartie d’un effort d’austérité sans précédent, le Portugal touchera 78 milliards d’euros afin de redresser les comptes publics. Ce plan devrait accueillir en principe le soutien des partis d’oppositions éventuellement appelés à gouverner après les élections législatives anticipées du 5 Juin.

Ces mécanismes d’entraides entre européens sont à saluer car ils marquent l’avancée de la solidarité européenne et le vœu d’une union toujours plus étroite entre les peuples. La crise qui sévit au Portugal est sans précédent et c’est une bonne chose que l'Europe soutiennent les Etats en difficulté. Cette attitude des européens est à mettre en exergue avec celle de l’année précédente qui avait mené à une sorte de psychodrame protectionniste. Ce choix d'un soutien économique contraste netteement avec les décisions Franco-italienne de MM. Berlusconi et Sarkozy de restaurer le contrôle aux frontières, car c'est un véritable pas en arrière pour la solidarité et pour la confiance politique de l’Europe.

Car cette solidarité est le socle de l'avenir et de la confiance et elle est menacée par les volontés nationalistes : Finlande, Allemagne et la Slovaquie ne voient pas les mesures d’entraides à l’égard des pays en difficulté d’un très bon œil car les Traités proscrivaient de secourir un Etat de l’Union en difficulté. Or un mécanisme de gestion permanente des crises est sur le point d’être instauré au sein de l’Union afin de remplacer le système de 2010 créé dans l’urgence et contre la proscription. C'est une très grande avancée dans le processus politique européen.

L’Europe ne doit pas céder aux appels du parti des « vrais Finlandais » qui ne souhaitent pas voter ces mesures en faveur du Portugal. Car la mondialisation des marchés implique de redresser les économies le plus rapidement possible, car le loup n’est pas dans l’Union. La concurrence mondiale qui fait rage voit dans la solidarité européenne le meilleur atout pour protéger les entreprises de l’Union et lutter contre des phénomènes de stagflation ou d'inflation galopante. Mais la critique des partis nationalistes se fait très virulente et la crise alimente la sensibilité des oreilles ouvrières à ces doux appels à la vertu de la nation isolée. Et le vote des urnes présidentielles sollicitent ces réactions nationalistes.

Au premier rang du scepticisme, les idées prônent notamment que les aides au Portugal ne permettront pas nécessairement de sortir le pays de la crise. Les partisans de ces discours alimentent le pessimisme économique et la crise. Assez!

Pour sortir de la crise, la confiance est simple à redonner, il suffit d'un discours optimiste, aux médias de prendre leur responsabilités et d'enrayer la crise qu'ils ont tellement alimentés par la peur. Il suffit que l’entreprise ait confiance en l’avenir et le futur, qu’elle trouve les remèdes aux enjeux d’avenir.

Ce qui est inadmissible ce sont les discours catastrophiques depuis des décennies. Les solutions existent dans un remède simple : la confiance ! Ayons confiance dans l’Europe et elle réussira, donnons confiance aux banquiers en ayant confiance en l'Europe, et ils soutiendront l’entreprise. C’est alors que le chômage baissera et que la croissance reviendra. Il suffit d’y croire tous ensemble.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Bonne - dans Union Européenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher