Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 09:51

La mesure de François Hollande sur la retraite à 60 ans devrait concerner 150 000 personnes par an environ et coûter 1milliards d'euros chaque année à l'Etat, 2mds la seconde année et 5 mds la cinquième année en fonction du nombre supplémentaire de personnes à bénéficier de la mesure.

Source : David Pujadas au 20h de France 2.

 

Marisol Tourraine répond su Capital.fr : "En 2012, le coût net sera, en effet, d'environ 1 milliards d'euros. Par contre, je ne me prononcerais pas sur 2017, car ce chiffre n'intègre pas les autres mesures que nous prendrons d'ici là sur le dossier des retraites. En effet, nous engagerons très rapidement une négociation avec les partenaires sociaux, pour remettre à plat l'ensemble des éléments d'une réforme des retraites. Il faudra poser la question de son financement, qui n'a pas été réglé par la loi de 2010 puisqu'elle prévoit une remise à plat dès 2013. 

La réforme menée par Nicolas Sarkozy s'est faite en dépit de l'opposition de la gauche et des syndicats de porter l'âge légal du départ en retraite à 62 ans, et portant le taux plein  à 67 ans, soit une durée de cotisation de 41 ans. La mesure a été martelée tout au long de la campagne. François Hollande a promis que les salariés ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41 années pourraient partir à la retraite à 60 ans. Avec la réforme des retraites de 2010 et le report de l’âge légal, certains salariés doivent, en effet, continuer à travailler alors qu’ils ont cotisé suffisamment pour atteindre le taux plein. Prenons l’exemple d’une personne née en 1953 et qui a commencé à travailler à 18 ans. Avec la loi actuelle, ce salarié devra attendre 61 ans et 2 mois pour partir à la retraite. Soit en 2014. Il aura donc cotisé plus que les 165 trimestres nécessaires (172 trimestres) pour partir à taux plein. Avec l’aménagement souhaité par le PS, ce salarié, pourra partir à la retraite à 60 ans - soit en 2013 - car il aura cotisé ses 165 trimestres. Sur son site de campagne, l’équipe du PS précisait les périodes qui doivent entrer en compte dans la durée cotisée pour le départ à 60 ans. Il s’agit du service militaire (dans la limite d'un an), du congé maternité, de l’arrêt maladie et accident de travail (un an maximum cumulé). Les périodes de chômage en sont exclues. Pour financer cette mesure, le PS compte augmenter de 0,1 point par an les cotisations vieillesses payées par les entreprises et les salariés. Une fois cette « réforme » entérinée, François Hollande a aussi promis d’engager une négociation avec les partenaires sociaux afin de remettre à plat l’ensemble des éléments de la réforme des retraites de 2010.

 

Une réforme qui exclut a priori les personnes ayant connu des périodes de chômage (qui peut aussi être involontaire, l'assistanat n'est pas toujours vrai), de maladie, ayant élevé un ou plusieurs enfants ou pris un congé parental (égalité Femme-Homme : Près de 18% des Français travaillent à temps partiel. Les femmes sont surreprésentées : 30% d'entre elles occupent un emploi à temps partiel, contre 7% pour les hommes. Avec un impact important sur leur future retraite...). "Autrement dit, tous ceux qui ont eu des périodes heurtées ne seront pas retenus. Ce serait discriminant et injuste, et cela pourrait être un des premiers accrochages avec le gouvernement", dit Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière.

Source : Capital.fr

François Hollande ouvrira au second semestre une négociation avec les partenaires sociaux.

 

Une mesure d'urgence, puis un grand débat. Voilà le projet du nouveau président en matière de retraite. Le changement immédiat, présenté pendant la campagne comme un correctif à la réforme Woerth au nom de la justice sociale, consistera en une extension du dispositif «carrières longues» de François Fillon (2003).

Financement : Pour en bénéficier, il faudra avoir travaillé sans interruption dès 18 ans. Les trimestres «validés» sans avoir été cotisés (chômage, congé parental...) ne compteront pas dans le calcul des 41 ans. L'entourage du candidat Hollande a néanmoins estimé que 150.000 personnes par an profiteraient du dispositif, sur environ 600.000 nouveaux retraités. D'un coût croissant au fil des ans (5 milliards en 2017), il sera financé par une hausse progressive d'un point des cotisations retraite, partagée entre salariés et entreprises.

Il s'agit d'une simple dérogation à l'âge légal - porté peu à peu à 62 ans -, et non d'une abrogation complète de la loi Woerth. La durée de cotisation pour une pension à taux plein devrait continuer à croître avec l'espérance de vie. Le nouveau chef de l'État compte ouvrir une négociation avec syndicats et patronat au second semestre, au cours de laquelle tous les sujets seront mis sur la table: âge, durée, financement, système par points…

Pour approfondir : 

Le plafond de cotisation et la problématique du temps partiel

La suite de la saga retraite, tout est là...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher