Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 09:51

L'égalité entre toutes les mamans est mis au débat par le comité MTE, Maman Toutes Egales, qui milite contre l'interdiction faite aux mères portant un foulard islamique d'accompagner les sorties de classe. En Seine-saint-Denis à l'école Paul-Lafargue de Montreuil, les femmes musulmanes ont défendu les valeurs républicaines de l'égalité et de la Fraternité et s'attaque au principe de laïcité, de l'article 1er de la constitution française. Voilà qui devrait alimenter le débat. L'une des militantes explique qu'il s'agit pour elles non pas de défendre "une cause religieuse mais de lutter contre une injustice".

 

Pour autant, le comité et les associations anti-racistes engagées mettent en évidence dans leur argumentaire l'offensive islamophobe du Gouvernement. La chasse au musulman est selon elles en route et elles souhaitent lutter contre ce "procès". Une pétition a d'ailleurs été rédigée par des universitaires et des responsables politiques non musulmans mettant en évidence une mesure de stigmatisation et d'exclusion des mamans musulmanes. Elles exigent l'abandon pur et simple du projet Chatel, qui jugeait en tant que Ministre de l'Education "juste et légitime" la décision d'une directrice d'école (à Pantin) de refuser l'accès des mères voilées aux sorties scolaires.

 

 

Monique Sassier, médiatrice de l'éducation nationale, recence 20 cas isolés de conflits sur le territoire français, et aucune saisine. Par ailleur elle constate que ce sujet "n'est pas un problème car pouvant se régler par le dialogue".

 

Il faut le reconnaître c'est un sujet qui, mettant en cause de principe républicains, est une source de clivages à droite comme à gauche. Le voile est imposé aux femmes par la religion islamique, et cette coutume les invite à défendre leurs convictions. Elles ne doivent pas nier cependant que la laïcité s'applique dans la république pour préserver la neutralité des comportements et l'égalité des élèves au sein des Etablissements scolaires. Ces mesures laïques ont aussi pour conséquence de protèger les personnes croyantes des stigmatisations ou des comportements intolérants au sein des Ecoles. 

 

L'effet pervers des valeurs de la République, qui prônent la liberté, l'égalité et la Fraternité réside dans la peur du mélange religieux et républicain. Car lorsque la religion se mèle de la politique, les acquis républicains sont remis en cause. Aujourd'hui, il faut le reconnaître, le voile est connoté intégriste et pas simplement musulman, et la peur s'alimente de ce symbole. L'appel d'un jeune iranien aux peuples égyptien et tunisien  averti clairement des enjeux l'immixtion du religieux dans le politique. Aussi la radicalité républicaine vis à vis de l'inclusion du religieux dans l'édifice symbolique de l'école est-il perçu légitimement comme une menace de l'intégrité républicaine. Mais si en agissant ainsi la République préserve ses fondations, elle contribue en revanche à écarter des mamans du plaisir d'aller chercher leurs enfants à la sortie scolaire et nuit à l'intégration des enfants concernés. Pour la directrice de l'école Pantin, c'est très clair : "une sortie scolaire c'est l'école, et quand on est avec des élèves, on ne montre pas son appartenance religieuse. Il ne s'agit ni d'islamophobie, ni de racisme, c'est le respect des valeurs républicaines et laïques". Une croix catholique trop voyante est faite immédiatement retirée. Les catholiques et musulmans sont traités à égalité.

 

 

Mais le problème est complexe et nécesite de s'interroger : l'interdiction faite aux mères est une mesure qui apparaît contraire aux notions inculquées aux enfants : tolérance et ouverture. Concernant les enfants qui ne voient pas leur maman à la sortie de l'école, comment vivent-ils cette situation? Cela peut très facilement mener à la colère, l'indignation, l'injustice. Le compromis le plus protecteur de la république et de celui des enfants seraient que les mamans aient le courage de se séparer de leur voile le moment de la sortie des élèves et braver le religieux. Le risque latent de ces mesures est aussi de radicaliser les esprits et un repli des familles sur elles-mêmes et non l'ouverture à l'intégration, ce débat qu'aucun politique à gauche comme à droite n'est parvenu à résoudre et ce, même au delà des frontières. Il n'y a pas de bonne réponse. Et ce phénomène risque de s'accentuer par les demandes d'enseignement confessionnel et de scolarisation à domicile qui ne cessent d'augmenter. Cela pose la question de l'intégration et de l'émancipation des enfants de ces mamans. 



La laïcité, principe de base de la république, est aussi un principe qui prônant la tolérance, amène à l'intolérance de certaines pratiques pour protéger la neutralité et l'égalité au sein même du lieu de l'apprentissage républicain. Accorder à ces mamans une tolérance de leur croyances religieuses c'est grignoter les fondations de la République et refuser l'intégration à des jeunes.

Cela ne peut que préparer la radicalisation de ces jeunes. Il faut donc trouver un compromis. Car c'est pour l'avenir peut être désamorcer des montées de l'intégrisme.  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Bonne - dans Droit public
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher