Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 13:39

Il fallait apaiser les marchés, stopper la spéculation frénétique et contrôler les risques de contagion, car la crise est violente. Fallait il agir en faveur de la Grèce? L'accord de Bruxelles vient répondre à cette situation pour sauver l'euro. Mais ce sommet européen a surtout eu pour vocation de sauver l'euro à petits pas. Une réponse de fond a été apportée ; sans allègement de la dette, la Grèce déposait le bilan. Désormais le défaut de paiement n'est que sélectif, partiel et "temporaire". Avec la mise en place d'un programme de 109 milliards d'euros pour l'économie grecque à travers les fonds structurels, la BEI, l'intervention du FESF (fonds européen de stabilité financière), l'aide est bien réelle.

Mais l'Union Européenne est dans l'attente d'une avancée structurelle majeure en forme de solidarité. Et on ne peut que s'étonner de l'arrivée très tardive de cet accord, 18 mois ont été nécessaires pour aboutir à un retard intolérable et aux conséquences catastrophiques : petit crash boursier supplémentaire (CAC 40 au plus bas depuis 2008), ralentissement de la croissance pour l'année à venir (prévisions de l'OCDE), chômage en perspective, recul des services publics. Le plus regrettable, reste pour le sommet européen que le rapport de Force Merkel (qui refusait de payer) Sarkozy (qui refusait tout geste de solidarité fort) débouche non sur une avancée fédérative mais sur la création d'un fonds de stabilité, à l'image d'un FMI au niveau européen sans en avoir les pouvoirs puisque ses évolutions devront être décidées à l'unanimité au sein de l'Union (théorie des super mini pas). Par ailleurs, l'effort demandé aux banques reste très limité, l'idée d'une taxe bancaire n'a pas reçu d'accueil favorable (les conglomérats d'intérêts privés ont-ils eu le dessus sur les Etats?). De même l'idée d'une restructuation a été refusée, aucune politique de croissance commune n'est mise en oeuvre, et la solidarité financière ne s'est pas exprimé par une avancée d'euro-obligations avec en ligne de mire, la constitution d'un véritable gouvernement économique.

Finalement, la bonne nouvelle est celle qui concerne la Grèce, les marchés et les banques. Mais l'Europe devra encore attendre pour obtenir les réformes de structure qui l'aideront à sortir de la crise. L'Europe a géré l'urgence sans recul ni élan.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Bonne - dans Union Européenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher