Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 13:27

700 Scientifiques britanniques et universitaires de la même guilde ont planché sur la thématique du rapport des espaces verts et de la santé des individus, établissant une échelle de valeurs permettant d'échaffauder les statistiques de l'impact de l'écosystème dans notre société. L'utopie selon laquelle combler le trou de la sécu est possible pourrait trouver une solution dans une meilleure prise en compte dans l'aménagement de notre territoire du développement de la surface des espaces verts dans nos espaces urbains. 

Une question en ligne de mire : que rapporte la nature à nos sociétés développées ?  

L'étude évalue à 340 euros par an et par personne le bénéfice caché des espaces verts sur la santé publique. En France si l'on se réfère au chiffre suivant : 15 millions de Français n'ont ni jardin, ni terrasse, alors, 340 x 15 millions, cela nous 5 milliards d'économie. C'est à dire la moitié du trou de l'assurance maladie... ça fait réfléchir.

Evidemment qui sont les pays qui sont les plus avancés sur ce concept : les scandinaves. En investissant la préservation des écosystèmes naturels, les arbres, espaces verts ont été respectés et le cadre de vie favorable au bien être et à la santé s'est évidemment développé. A Stockholm, les habitants de la capitale Suédoise vivent à moins de 300 mètres d'un parc. C'est un pléonasme de s'interroger sur l'espérance de vie en bonne santé et de dire qu'en l'espèce, c'est bien la Suède, qui avec 69 ans arrive en tête du peloton. En France, c'est énormément moins bien : 63 ans seulement et ça fait mal.

Les arbres et végétaux avaient déjà dans leur bagages de valeureuses caractéristiques tel le captage du CO2, on parle d'eux comme de véritables climatiseurs urbains par leur vertu à filtrer les microparticules polluantes et leur apport  contre la diminution du stress.

Nouvelle tautologie : qui ne rêve pas de vivre dans une maison spacieuse, entourée de verdure? alors pourquoi nier l'évidence? respecter la nature n'est pas une simple envie, c'est une nécessité publique et désormais de santé. Plante & cité, plate forme nationale d'échanges et d'expérimentations sur le végétal a établi qu'un jardin riche en biodiversité a des effets psychologique bénéfiques pour ses usagers. Les entreprises spécialisées sont nombreuses à l'avoir compris. Une économie peut se créer de cette prise de coonscience de nos dirigeants car "le paysage est créateur de richesses" (Workshop de Bruxelles organisé par l'association européenne des entreprises du paysage (ELCA). 

Le paysage est une ressource. Les espaces verts ne sont plus de simples agréments décoratifs, mais des leviers de politique de santé publique.

Certains auteurs viennent à critiquer la comptabilité et notamment les bilans de l'Etat  ou des entreprises  qui ne tiennet pas comptes des coûts induits par la dégradation de l'environnement ou des bénéfices apportés par la préservation de la nature et le développement des espaces végétalisés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Bonne - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de e-economie.over-blog.com
  • Le blog de e-economie.over-blog.com
  • : Finances publiques, économie, droit public, actualités, tout pour préparer convenablement son concours administratif
  • Contact

Profil

  • Thomas Bonne
  • Thomas Bonne
Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public 
Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques
  • Thomas Bonne Titulaire d'un Master administration de l'entreprise, d'une licence de droit public Lauréat des concours administratif de rédacteur territorial 2011 et d'attaché territorial 2012 et Inspecteur des finances publiques

Rechercher